La Guerche-de-Bretagne Deux ex-salariés de Fobi créent leur entreprise

Licenciés de l’entreprise Fobi à La Guerche, 2 ex-salariés travaillent désormais pour une société concurrente, Géfix. Indépendants, ils prospectent les régions abandonnées par Fobi

11/12/2014 à 15:06 par Nathalie Tropée

Fabien Chrétienne, 44 ans et Jean-Luc Lorier, 54 ans se sont associés avec le groupe familial Gefix
Fabien Chrétienne, 44 ans et Jean-Luc Lorier, 54 ans se sont associés avec le groupe familial Gefix

Débarqués par Fobi après la liquidation judiciaire express de l’entreprise début février, Fabien et Jean-Luc, respectivement 20 ans et 35 ans de boîte, ne sont pas restés les bras croisés.
Chez Fobi, Fabien Chrétienne avait la charge du parc véhicules ainsi que la formation des nouveaux commerciaux. Jean-Luc Lorier travaillait également au siège social, à La Guerche. Il y pilotait le plateau commercial.
Depuis quelques semaines, Fabien et Jean-Luc travaillent pour Géfix : un ancien concurrent de Fobi spécialisé dans l’outillage, la fixation et les consommables. « Nous sommes indépendants, répètent les deux collègues. On a créé une entreprise individuelle, comme un artisan. On a signé un contrat avec Géfix. »

Développement dans le grand Ouest

L’objectif des commerciaux ? Développer la prospection dans le grand Ouest. Fabien Chrétienne parcourt l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Morbihan, le Finistère et la Manche. Jean-Luc Lorier sillonne, lui, les départements de la Mayenne, l’Orne, les Côtes-d’Armor, le Maine-et-Loire, l’Indre-et-Loire et la Sarthe. Avec leur camionnette, ils s’appuient sur les trois magasins que compte l’entreprise née à Valence.

« Recréer notre propre clientèle »

« Les débuts sont encourageants. On doit recréer notre propre clientèle. Notre catalogue est énorme et nous sommes ouverts à tous les corps de métier », notent-ils. « Nous nous déplaçons sur les chantiers pour des démonstrations et des essais », ont-ils ajouté.

L’un des points forts de Géfix, c’est notamment qu’il importe des produits Duss très appréciés. Les deux commerciaux démarchent également des collectivités publiques, ce que ne faisait pas Fobi, pour leur vendre perceuses, visseuses et autres meuleuses.
Un autre ex-salarié de Fobi profite également de la “reconversion” de Jean-Luc et Fabien : Serge Heinry s’occupe en effet de la partie Service après-vente dans un atelier à La Guerche-de-Bretagne.
Sur les 91 salariés licenciés en février, une petite cinquantaine – essentiellement les commerciaux – aurait retrouvé du travail. Les sédentaires, basés à La Guerche, seraient encore une vingtaine à pointer à Pôle emploi.

Après le tribunal administratif, les Prud’hommes

En octobre, la cour administrative d’appel de Nantes annulait le Plan social établi après la liquidation de Fobi. Les dirigeants, la famille Goubaud et le Ministère du Travail avait jusqu’au 9 décembre pour se pourvoir en cassation.
Le comité d’entreprise de Fobi mène en parallèle une action au tribunal des Prud’hommes. Les 78 salariés engagés dans la procédure souhaitent que leur licenciement soit qualifié d’abusif par les juges. Ils sont défendus par Maître Paul Delacourt, avocat spécialiste du droit du travail à Rennes. Des premières audiences ont eu lieu.

La Guerche-de-Bretagne, 35

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Votre opinion

Primaire de la gauche : quel est votre candidat préféré ?
Voir le résultat
Chargement ... Chargement ...

Votre journal cette semaine

Vitré - Vendredi 20 janv. 2017

Vitre
Ven
20 / 01
/-5°
vent 18km/h humidité 81%
Sam3°--6°
Dim6°--2°
Lun5°--1°
Mar4°--2°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Résultats sportifs de votre région
Go