Janzé Agriculture. Les Fermiers de Janzé vont construire 60 poulaillers en deux ans

Les Fermiers de Janzé accélèrent leur développement : après avoir sorti de terre une vingtaine de poulaillers en 2016, la coopérative compte en construire quarante de plus l'année prochaine. Les candidats à l'installation ne manquent pas.

17/11/2016 à 11:45 par Julien Sureau

Stéphane Letué, Patrick Giboire, Mathieu Chollet et Jean-Yves Sourdril -
Stéphane Letué, Patrick Giboire, Mathieu Chollet et Jean-Yves Sourdril.

Le Poulet de Janzé fait aujourd’hui travailler 170 producteurs. « Notre marque emploie au total 1 000 personnes, directement ou indirectement », s’est félicité Patrick Giboire, le président des Fermiers de Janzé, lors de l’assemblée générale mardi 15 novembre 2016.

« Maintenir un tissu rural dynamique »

Une santé que comptent bien faire prospérer les administrateurs de la coopérative alors que la filière avicole tire son épingle du jeu dans une période peu propice à l’élevage.

« Nous avons notre rôle à jouer sur le territoire, a poursuivi l’agriculteur de Piré-sur-Seiche.

Notre coopérative a des solutions pour maintenir un tissu rural dynamique. »

Une croissance qui passe par le développement des marchés de la marque. Par la construction de nouveaux bâtiments surtout. Par le recrutement de nouveaux éleveurs aussi. « La situation est beaucoup trop tendue, a précisé Roger Moriceau, président de la commission Avenir chez les Fermiers de Janzé. La moyenne des vides sanitaires (1) est de quinze jours. Nous avons déjà dû refuser certaines commandes. »

Une situation qui ne plaît pas à LDC, et à son abattoir modernisé de Château-Gontier (SNV), dont la stratégie est de conforter ses marques régionales (Loué, Challans, Bresse, Landes, etc.).

« Vous devez investir dans des poulaillers performants et des élevages visitables », a ainsi insisté le directeur de SNV, Mathieu Chollet.

Message entendu. Fin 2016, la coopérative brétilienne aura déjà construit vingt-deux bâtiments. Un site de quatre poulaillers a notamment démarré sa production à Combourg, hors des frontières historiques du Poulet de Janzé. « On a étendu un peu notre rayon d’action, confirme le technicien Mickäel Auroy. On a reçu beaucoup de lettres de motivation alors qu’on ne fait aucune prospection. »

« On a plus de candidats que de poulaillers à construire », ajoute Patrick Giboire.

La coopérative profite du « mauvais contexte laitier »

Du sang neuf qui fait du bien. « Le mauvais contexte laitier » a incité certains agriculteurs à stopper une filière pour une autre, la volaille en l’occurrence. Les Fermiers de Janzé ont recensé quatre cas en ce sens et onze nouvelles installations. Huit exploitations ont, elles, été agrandies. Un point commun ?

« Ils aiment l’élevage et sont motivés par la volaille », répond Mickaël Auroy.

En 2017, la coopérative va multiplier par deux le rythme de construction. « Un bâtiment par semaine, quarante sur l’année », calcule le technicien.

« Nous allons être très exigeants »

Son président met en garde les futurs éleveurs. Il sait sa filière fragile, pas à l’abri de ce qu’il appelle « les crises médiatiques » potentiellement à risque sur les marchés. « Un cas de grippe aviaire, ça peut arriver. Nous serons donc vigilants sur le volet sanitaire. Nous allons être très exigeants. »

(1) Le vide sanitaire consiste à nettoyer de fond en comble le poulailler entre deux élevages : mur, sol, toit, matériel, portes… Il permet de retirer les bactéries, les parasites, les saletés et les nuisibles.

35150 Janzé

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Vitré - Lundi 20 févr. 2017

Vitre
Lun
20 / 02
12°/7°
vent 28km/h humidité 94%
Mar11°-7°
Mer12°-7°
Jeu12°-7°
Ven9°-3°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Résultats sportifs de votre région
Go