Mutualisation. Les communes du Pays de Vitré se serrent les coudes

Englobées dans de grands territoires dans lesquels les maires ne se retrouvent pas toujours, les communes s'entraident pour garder le contrôle.

02/02/2017 à 22:10 par xavier.terrien

Les maires d'Étrelles, Saint-M'Hervé (en haut), Val-d'Izé, Marpiré (en bas) et bien d'autres cherchent de nouvelles solutions ensemble pour garder du poids et financer leurs projets -
Les maires d'Étrelles, Saint-M'Hervé (en haut), Val-d'Izé, Marpiré (en bas) et bien d'autres cherchent de nouvelles solutions ensemble pour garder du poids et financer leurs projets -

« Quarante-six communes et 77 000 habitants dans Vitré communauté : ce n’est qu’un début ! La fusion est irréversible, les élus se sentent perdus face à l’immensité des intercommunalités. » Dixit Marie-Christine Morice, maire d’Étrelles.

D’un côté, les intercommunalités grandissent. De l’autre, l’État donne moins en baissant ses dotations. Les communes ont connu des temps meilleurs. Pour les maires des plus petites communes, l’heure est à la débrouille pour continuer d’investir.

« Quand on n’a pas d’argent, on a des idées »

Dans le Pays de Vitré, les réunions informelles entre communes voisines se multiplient. On appelle ça : la mutualisation « horizontale ». Comme entre les huit communes du bassin de vie de Val-d’Izé. « C’est un peu une communauté de communes dans la communauté de communes, admet le maire de Val-d’Izé, Thierry Travers. On essaie d’imaginer comment réduire les coûts. On peut mutualiser du matériel, des moyens ou même du personnel. En 2017, nous avons quelques projets de commandes groupées et de prêts de matériel. »

Idem à Saint-M’Hervé : « Il y a un grand mouvement de mutualisation, dépeint le maire, Dominique Kerjouan. L’idée, c’est que nous, communes, puissions nous entraider, en gardant notre autonomie. »

Peser plus
pour gagner plus

Les neuf communes de l’ex-canton d’Argentré sont aussi restées soudées malgré sa disparition officielle. « Les maires ne se reconnaissent pas dans le nouveau canton, alors on a gardé l’ancienne formule, admet Marie-Christine Morice. Les marchés d’entretien de voirie se négocient au tonnage. On se regroupe. Quand on n’a pas d’argent, on a des idées ! » Lesquelles ? « On a tous des terrains de foot, on réfléchit donc à regrouper les commandes de peinture. » Ou même « à faire tourner les décorations de Noël, etc. »

L’enjeu est aussi politique. « Avec 77 000 habitants, quel poids pèse une petite commune ? Regroupés, on a plus de votes donc de poids dans l’intercommunalité. »

Pourquoi ne pas créer une commune nouvelle ? « Nous l’avons évoqué entre nous, confesse l’élue, mais c’est une lourde démarche. Il faut bien étudier le pour et le contre. On se mutualise sur des
choses concrètes, non politiques. »
Fusionner les conseils municipaux, c’est une autre histoire.

Xavier Terrien

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Vitré - Lundi 27 févr. 2017

Vitre
Lun
27 / 02
/5°
vent 83km/h humidité 82%
Mar10°-3°
Mer11°-4°
Jeu11°-2°
Ven12°-6°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Résultats sportifs de votre région
Go