La Guerche-de-Bretagne Fobi liquidé, les salariés écoeurés

Le tribunal de commerce de Rennes a prononcé la liquidation de la société Fobi. Les syndicats accusent la famille Goubaud d’avoir « programmé la mort » du fabricant.

06/02/2014 à 15:53 par Julien Sureau

Un dernier baroud d’honneur. Jeudi 30 janvier, une quarantaine de salariés de la société Fobi ont débrayé. L’espoir de conserver un emploi n’existait déjà plus, mais le dépit voire la colère jusque-là rarement exprimés sur la place publique étaient une dernière fois mis en scène.

Une couronne de fleurs mortuaires, des banderoles accrochées aux grilles de l’entreprise. Et des slogans sans équivoque : “Les pigeons de chez Fobi se sont fait plumer par la holding qui s’est bien engraissée”, “91 salariés en colère”, “Fobi, c’est fini”, “Fobi en danger de mort”, etc.

 

Alors que leur sort était entre les mains de la justice, les salariés de Fobi ont travaillé jusqu'à la dernière minute dans l'usine de La Guerche-de-Bretagne
Alors que leur sort était entre les mains de la justice, les salariés de Fobi ont travaillé jusqu'à la dernière minute dans l'usine de La Guerche-de-Bretagne

« Fobi ne pouvait que réussir »

Dans un communiqué daté du 29 janvier, c’est l’intersyndicale FO-CFDT-CSN-CFDT qui résumait le mieux la scission entre employés et direction :

« La société Fobi, très appréciée de nos clients, ne pouvait que réussir (…). Tout laisse à penser que Messieurs Goubaud, PDG de la holding G. Participations basée à Ancenis, et ses fils avaient programmé notre mort. Retrait des comptes courants, charges extérieures exorbitantes, objectifs irréalisables pour les VRP, salariés en souffrance. En huit ans, la holding s’est progressivement désengagée. »

L’entreprise a finalement rendu l’âme mercredi 5 février à Rennes au cours d’une ultime audience au tribunal de commerce. Les salariés guerchais, toujours au travail, ont appris la terrible nouvelle de leurs collègues syndicalistes présents à l’audience.

La direction se mure dans le silence

Triste fin pour Fobi qui trois mois après avoir été placé en procédure de sauvegarde (lire Le Journal de Vitré du vendredi 29 novembre 2013) n’aura pu échapper à la liquidation.

« Lorsque Fobi a été placé en redressement judiciaire, plusieurs repreneurs se sont montrés intéressés, indique l’intersyndicale. Aucun d’entre eux n’a donné suite, la société était en trop mauvais état. »

Le liquidateur judiciaire a rencontré jeudi 6 février les 91 salariés de Fobi, à l’issue d’un comité d’entreprise consacré aux mesures de licenciements. Les employés espèrent obtenir des indemnités supérieures à celles dues par l’État. Les syndicats comptent notamment obtenir un effort conséquent de la holding – dont les résultats sont, eux, toujours positifs selon le cabinet Syndex – dans le cadre du Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Contacté, le PDG Laurent Goubaud n’a pas retourné nos appels.

La Guerche-de-Bretagne, 35

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Vitré - Jeudi 27 avril 2017

Vitre
Jeu
27 / 04
12°/0°
vent 18km/h humidité 92%
Ven15°-3°
Sam17°-3°
Dim14°-8°
Lun15°-5°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter
Résultats sportifs de votre région
Go